MKAF

Hadhrat Anasra rapporte que le Saint Prophètesaw dit : « Par Celui qui détient ma vie entre Ses mains, personne ne peut prétendre être un vrai musulman à moins qu’iI n’aime pas pour son frère ce qu’iI aime pour lui-même »

(Boukhari).

COMMENTAIRE

Ce hadith met en avant le haut statut que l’Islam confère aux relations fraternelles. Avant tout, le Saint Coran uni tous les musulmans dans une même et seule famille en déclarant : « Tous les musulmans sont frères. »

A travers ce hadith, le Saint Prophètesaw nous explique l’importance avec laquelle la fraternité doit être développée. Aussi, remarquez avec quelle force, il jure sur la foi en son Seigneur en disant que la vraie valeur des relations fraternelles consiste à choisir pour son frère ce qu’un musulman voudrait choisir pour lui-même.

A travers cette observation, le Saint Prophètesaw a déraciné toute séparation et sentiment de conflit entre les musulmans en les combinant dans un seul corps.

Mais, il est malheureux que de nos jours, des personnes absorbées par leur propre intérêt et dans le but d’accumuler tous les bénéfices excluent les autres. C’est au sujet de ceux-ci dont le Saint Coran fait allusion dans le verset suivant : « Ceux qui, lorsqu’ils prennent des autres exigent la pleine mesure, mais lorsqu’ils donnent aux autres par mesure ou pèsent  pour eux, ils leur donnent moins. De tels gens ne savent-ils pas qu’ils seront ressuscités »(Chap. 83 ;V.3-5).

L’lslam coupe l’égoïsme à la racine et oblige chaque vrai musulman à aimer pour ses frères ce qu’il aime pour lui-même. Cependant, cela ne voudrait pas signifier que les droits spéciaux dans le cadre des relations humaines que la Sharia a mis sur pied devraient être ignorés. Comme par exemple, le père a l’obligation de s’occuper de ses enfants, le marie de sa femme, les enfants doivent supporter les parents âgés. De même, la Sharia a reparti des parts, pour les héritiers lors d’un décès : enfants, veufs, parents et autres héritent légalement des parts qui leur sont assignées.

De même, il a été enjoint avec beaucoup d’emphase sur le bien fondé des autres relations en autre celle avec les voisins et les amis.

Dans nos relations et rapports de tous les jours, l’Islam attend de chaque musulman qu’il aime pour son frère ce qu’il aime pour lui-même. II ne devrait pas avoir deux poids, deux mesures à savoir l’un pour lui et l’autre pour les autres.

Dans un autre hadith, le Saint Prophètesaw décrit les musulmans comme les membres d’un seul corps.

L’ensemble du corps sera mal à l’aise, si un membre souffre; donc tous les musulmans devraient se sentir mal à l’aise, si l’un des leurs souffre.

Voici le haut statut des relations humaines que le Saint Prophètesaw nous propose pour notre élévation. Nous devrions apprécier cette injonction à sa juste valeur.

                                                                                                                                   (Traduction : Kone Idrissa)

Source: Forty Gems of Beauty par Hadhrat  Mirza Bashir Ahmadra