Au Nom d'Allah, le Gracieux le Miséricordieux


Jeunes Musulmans qui croient au Messie Promis, Mirza Ghulam Ahmadas

Sermon du vendredi 27 septembre 2019, prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hadrat Mirza Masroor Ahmad, à Nunspeet au Pays-Bas. Après le Ta'awudh, le Tashahoud et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a déclaré :

 Aujourd’hui, par la grâce d’Allah, débute la Jalsa Salana (conférence annuelle) de la Jama’at des Pays-Bas. Allah m’a permis de participer dans votre Jalsa après plusieurs années. L’Amir Saheb [des Pays-Bas] m’a invité pour la Jalsa ces dernières années, mais en raison d’autres occupations de la Jama’at, et en dépit de mon souhait, je n’ai pas pu y participer. En tout cas, par la grâce divine, je suis présent aujourd'hui à cette Jalsa. Durant les dernières années, le nombre [d’ahmadis] aux Pays-Bas a augmenté : il y a eu, sans nul doute, une augmentation d’un tiers. Nombre d’entre eux sont venus du Pakistan. Il y a aussi des nouveaux venus. En tout cas, à l’instar d’autres Jama’at du monde, celle des Pays-Bas a progressé eu égard à son nombre et ses moyens.

La performance au niveau de la publication d’ouvrages s’est améliorée. La Jama’at a eu un nouveau centre et une nouvelle mosquée. Je ne l’ai pas encore vue : mais nombre de gens m’ont fait part de la beauté de la mosquée d’Almere. On dit que vous avez bâti une très bonne mosquée. Incha Allah, l’inauguration officielle aura lieu la semaine prochaine, quoique l’on y accomplit d’ores et déjà la Salat. Or, sachez que cette augmentation en nombre ou la construction de nouveaux centres ou de mosquées ne seront avantageuses que lorsqu’on atteindra leurs objectifs. Ainsi, tout ahmadi habitant dans ce pays doit accomplir son introspection : il doit tenter de saisir les objectifs à atteindre après avoir prêté allégeance au Messie Promis (a.s.). Comme je l’ai dit, au cours des dernières années des ahmadis sont venus s’établir ici, augmentant ainsi la taille de la Jama’at. Pourquoi sont-ils venus s’établir ici ? Pour la simple raison que les ahmadis n’ont pas la liberté religieuse, au Pakistan, en particulier. On y persécute les ahmadis au nom de la religion. On a usurpé leurs droits, pour la simple raison qu’ils ont accepté l’Imam de l’époque en accord aux prophéties et instructions du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.).

On nous empêche de prendre le nom d’Allah et de Lui rendre culte pour la simple raison que nous avons prêté allégeance à l’amoureux avéré du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Loin de nous permettre de bâtir des mosquées, on nous empêche d'organiser des Jalsas et des Ijtimas qui visent à promouvoir l’éducation de nos membres. Voire selon la loi [pakistanaise] nous n’avons même pas le droit de prier dans nos maisons.

Nous ne pouvons pas sacrifier des animaux pour la grande Aïd : en effet, la loi nous l’interdit [au Pakistan]. L’on nous intente des procès à cet égard, parce que cela blesse les sentiments des prétendus oulémas et de leurs compères. Ainsi, face à cette situation, nombre d’ahmadis ont quitté le Pakistan pour s’établir dans d’autres pays, ou en Occident, où existe la liberté de conscience. S’étant établis ici, vous profitez de la liberté religieuse et par ailleurs vous avez eu l'occasion d’améliorer votre condition financière et sociale. Ainsi, tout ahmadi qui s’est affranchi de ces contraintes du Pakistan et qui vit librement ici doit être davantage reconnaissant envers Dieu. Il doit s’évertuer à respecter au mieux les exigences du serment d’allégeance prêté au Messie Promis (a.s.).

Il doit améliorer sa condition spirituelle et morale, et accroître sa connaissance. Nous ne devons pas nous contenter du fait que nous soyons libres et qu’il n’existe plus de contrainte nous empêchant de pratiquer notre foi. Si nos actions sont contraires aux commandements de Dieu et si nous n’avons pas tenté de nous réformer davantage et si nous n’exprimons pas davantage notre amour pour Allah et son Prophète, à quoi nous sert cette liberté ? Quel est l’avantage de participer dans ces Jalsas ? Quel est l’avantage de bâtir ces mosquées ? Nous n’allons profiter réellement de cette liberté que lorsque nous respecterons les exigences du serment d’allégeance.

Le Messie Promis (a.s.) a lancé ces Jalsas après avoir reçu l’aval d’Allah, pour que nous apportions en nous des changements purs ; afin que nous accordions préférence à la foi sur les choses mondaines et que puissions saisir l'essence de la foi ; afin que nous puissions faire naître en nous l’amour pour Allah et pour Son Prophète ; afin que nous puissions améliorer notre condition spirituelle et morale ; afin que nous puissions accroître notre connaissance et faire de notre mieux à cet égard.

Le Messie Promis (a.s.) évoque en ces termes les objectifs de la Jalsa en prodiguant des conseils à ceux qui lui ont prêté allégeance : « Tous mes adeptes sincères qui m’ont prêté allégeance doivent comprendre que le but de la Bai’ah est de refroidir leur amour pour ce monde tout en accordant prééminence à l’amour pour Dieu et pour le Saint Prophète Muhammad(s.a.w.). Ils doivent développer ce détachement du monde afin de rendre leur voyage vers l’Au-delà facile. »

C’est là une instruction très limpide. Le Messie Promis (a.s.) affirme : « En me prêtant allégeance ne vous contentez pas de faire de simples déclarations verbales. Vous devez faire partie des gens sincères. » L’on pourra progresser dans la sincérité et la fidélité lorsque l’amour pour Dieu et son Prophète aura le dessus sur tout autre amour.

C’est pour cette raison que dans les conditions de la Bai’ah le Messie Promis (a.s.) affirme que l’initié lui prêtant allégeance promet de considérer la Parole d’Allah et les traditions du Saint Prophète (saw) comme principe directeur en toute situation. L’on pourra prendre pour guide les paroles d’Allah et de Son Prophète quand on éprouvera un amour sincère.

Ainsi ces Jalsas sont organisées afin que nous puissions nous souvenir de l’objectif de notre serment d’allégeance. Se débarrasser entièrement le cœur de l’amour de ce monde pour préférer l’amour de Dieu et de Son Prophète n’est pas chose ordinaire. Cela exige de grands efforts. Étant donné que nous avons prêté le serment d'allégeance, nous allons devoir faire cet effort. Nous allons devoir sacrifier nos commerces en faveur du culte de Dieu. Nous allons devoir sacrifier nos occupations mondaines en faveur du respect des droits d’Allah. Nous allons devoir éviter toute action entravant notre rapprochement avec Dieu. Si nos emplois ou nos commerces nous empêchent de nous acquitter de nos devoirs envers Allah, nous allons devoir nous débarrasser de ces maux – si tant est que nous souhaitons demeurer dans la Jama’at du Messie Promis (a.s.). Nous allons devoir nous débarrasser de ces obstacles. Si notre ego et nos prétendus honneurs de ce monde ou notre renommée, ou encore si nos pensées et actions égoïstes nous empêchent de nous acquitter de nos devoirs envers autrui, ce sera là un acte de désobéissance à Dieu. Allah nous a aussi demandé de nous acquitter de nos devoirs envers autrui. En commettant cet acte de désobéissance nous n’allons pas atteindre l’objectif pour lequel nous avons prêté allégeance au Messie Promis (a.s.).

Le Messie Promis (a.s.) a attiré notre attention vers l’amour pour le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) – l’amour que nous vouons au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) doit dépasser tout autre amour, car il est le truchement qui nous mènera vers Allah. C’est en suivant ses instructions et sa Sounnah que l’on pourra atteindre Dieu. Il demeure l’entremise pour l’exaucement de nos prières et pour connaître une bonne fin. Le Messie Promis (a.s.) déclare : « Allah affirme dans le Coran :

قُلْ إِنْ كُنْتُمْ تُحِبُّونَ اللَّهَ فَاتَّبِعُونِي يُحْبِبْكُمُ اللَّهُ

« Dis : si vous aimez Allah, en ce cas suivez-moi. Dieu vous aimera en retour. » C'est-à-dire, lorsque vous suivrez le Prophète et respecterez sa Sounnah, Allah vous aimera en retour. 

Le Messie Promis (a.s.) déclare : « L’unique voie à suivre pour mériter l’amour de Dieu est celui du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Il n’existe pas d’autres voies menant à Dieu. L’unique objectif de l’homme doit être la quête de ce Dieu unique et sans partenaire. Il ne faut prendre aucun égal à Dieu.

Il ajoute : « Evitez le polythéisme et les innovations. Ne suivez pas les us et coutumes et les penchants lascifs. Sachez que l’unique voie offrant le succès à l’homme celle du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Nous n’avons qu’un seul Prophète et un qu’un seul Coran qui a été révélé à ce Prophète, en suivant lequel nous pourrons atteindre Dieu. Il n’existe pas d’autre clé pour ouvrir la porte des faveurs et des bénédictions divines, hormis celle de l'obéissance au Coran et au Saint Prophète Muhammad (s.a.w.), qui consiste à accomplir la Salat, à jeûner et à suivre la voie de l’envoyé divin. C’est la seule voie et il n’en existe aucune d’autre. »

Ainsi afin de mériter ces bénédictions, il importe d’aimer le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et de suivre ses commandements en raison de cet amour. Au cas contraire, l’allégeance prêtée au Messie Promis (a.s.) sera futile tout comme votre présence à la Jalsa, tel que l’affirme celui-ci. Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Je suis l'amoureux de ce bien-aimé d’Allah : si vous souhaitez demeurer mon disciple vous devrez aimer mon bien-aimé. »

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Coupez-vous de ce monde. Séparez-vous des fastes de ce bas monde, de ses plaisirs et de ses amusements. Chacune de vos actions doit être conforme aux commandements d’Allah et de Son Prophète (s.a.w.). »

Il n’est certainement pas interdit d’acquérir les biens de ce monde, d’avoir un emploi ou un business. D’ailleurs Allah lui-même nous enjoint de travailler. Les compagnons (qu’Allah soit content d’eux) travaillaient et tenaient des commerces. Certains étaient en effet de grands négociants ; ils faisaient des transactions valant des centaines de milliers, voire des millions. Ils étaient [également] propriétaires de biens valant des centaines de milliers voire des millions. Or, leur amour pour Allah l’Exalté et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) avait primé sur tout cela. Leur souci constant était de respecter les exigences de l’adoration de Dieu et de suivre les ordres du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). Ils avaient peur de commettre quelque action qui aurait déplu à leur bien-aimé.

Ces temps-ci j’évoque les compagnons dans mes sermons : l’on y découvre les exemples des actes d'adoration de nombre d’entre eux ainsi que leur niveau d’obéissance à l’égard du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) et leur amour pour sa personne. Leur souci était d’éviter toute action susceptible d’attirer le déplaisir du Saint Prophète Muhammad (s.a.w.). En dépit de toutes nos occupations mondaines, nous ne devons pas faiblir dans notre amour pour Allah et le Saint Prophète Muhammad (s.a.w.) : pour ce faire, nous devons, dans la mesure du possible, suivre leurs commandements, améliorer notre conduite et profiter de l’atmosphère spirituelle de la Jalsa. D’ailleurs nous sommes réunis ici ces trois jours afin d’améliorer notre conduite. Nous devons avoir à l’esprit la raison de notre présence ici ces trois jours. Nous sommes ici afin de profiter de cette atmosphère spirituelle pour améliorer notre conduite, afin de nous débarrasser de nos maux, afin de nous consacrer au souvenir d’Allah et à l'Istighfar tout en nous consacrant à l’adoration d’Allah. Si nous avons des intentions contraires à cela, notre présence à la Jalsa sera inutile. Le bon sens exige que nous considérions ces trois jours comme un camp d’entraînement nous permettant de nous débarrasser des lacunes accumulées à l’extérieur de ce milieu [spirituel].

Le Messie Promis (a.s.) évoque en ces termes les avantages de la Jalsa : « Dans la mesure du possible, mes amis doivent se réunir durant ces dates afin d’écouter les paroles divines et de participer dans les prières. Lors de cette rencontre, ils s’occuperont à écouter des vérités et des perles de savoir visant à renforcer leur foi et leur certitude et nécessaires à l’acquisition de la connaissance de Dieu. »

Ainsi donc, la Jalsa vise à renforcer la foi et la certitude et à accroître la Ma’rifah (la gnose profonde). Ailleurs le Messie Promis (a.s.) a aussi déclaré que la Jalsa n’est pas une foire mondaine où les gens se réunissent pour faire du bruit et pour montrer leur nombre. Toute personne présente à la Jalsa, homme ou femme, jeune ou vieux, doit renforcer sa foi et sa conviction, et accroître sa Ma’rifah, afin de grandir dans son amour pour Allah et pour son Prophète. C’est en renforçant sa foi, sa certitude et sa Ma’rifah que l’on pourra accroître son amour pour Allah et son Prophète. Si nous n’avons pas reconnu le statut d’Allah et de Son Prophète, et si nous n’avons pas une ferme conviction en la personne d’Allah, l’on ne pourra accroître sa Ma’rifah. C’est en renforçant sa Ma’rifah que l’on pourra progresser dans la foi.

Nous ne sommes pas réunis ici pour profiter de l’ambiance et pour parler de tout et de rien, pour ensuite rentrer chez nous. Si nous avons de telles intentions, notre présence à la Jalsa ne sera d’aucun avantage. Le Messie Promis (a.s.) nous a aussi encouragés à accomplir de bonnes œuvres comprenant nos devoirs envers Allah et envers Ses serviteurs.

Il déclare : « Il faudra être motivé à accomplir ces œuvres avec l’unique intention de plaire à Dieu et de Lui obéir, que l’on mérite des récompenses ou pas en retour. »

Telle est la philosophie de la vraie foi : l’amour à l’égard de la personne de Dieu exige que nous exécutions Ses ordres. Ceux-ci comprennent les actes d’adoration, le respect des droits d’Allah et de Ses serviteurs.

Il ne faut pas exécuter ces ordres avec la seule intention de mériter des récompenses en retour. Certes Allah récompense toute œuvre méritoire. Or, la foi véritable exige que l’on accomplisse ces bonnes œuvres tout simplement parce que l’ordre émane de Dieu et non pas avec l’intention de recevoir quelque récompense en retour.

Le Messie Promis (a.s.) explique : « La foi sera parfaite quand on se débarrassera de ces idées et de ces attentes… » À savoir si l’on sera récompensé ou pas. La foi ne sera pas parfaite si l’on nourrit pareilles idées.

Il ajoute : « Il est vrai qu’Allah ne laisse pas partir une bonne œuvre en vain, comme l’affirme le verset :

إِنَّ اللَّهَ لَا يُضِيعُ أَجْرَ الْمُحْسِنِينَ

Le Messie Promis (a.s.) continue : « Celui qui accomplit de bonnes œuvres ne doit pas en viser les récompenses. »

Ainsi la vraie vertu doit être accomplie sans le désir d'être récompensé. Nous devons avoir ce principe en tête lorsque nous traitons autrui avec bienveillance. L’on doit s’acquitter de ses devoirs envers autrui et lui être bienveillant pour la simple raison que c’est là l’ordre d’Allah et de Son Prophète et une pratique de Sa Sounnah. Il faudra faire montre d’une grande considération à l’égard d’autrui, que l’on soit récompensé ou pas. Allah récompensera certainement cette bonne œuvre. Étant donné ce traitement de la part de Dieu, il nous incombe d'exécuter Ses ordres afin de mériter Son plaisir et d’éviter tous ces maux qu’Il a condamnés.

Une fois établi dans ces pays développés, il est plus que nécessaire de scruter nos conditions et d’éviter toutes les futilités commises au nom de la liberté. Parfois l’aisance devient un obstacle dans l’accomplissement de bonnes œuvres. On oublie son passé quand on connaît de meilleures conditions de vie. L’on pense que l’on va subir des pertes, si l’on manque d’accomplir une tâche mondaine : or Allah affirme que c’est Lui le Pourvoyeur.

Les gens de ce bas monde tentent d’éviter les pertes tout en négligeant leurs devoirs envers Dieu. Malheureusement, certains des nôtres tombent aussi dans cette catégorie, en sacrifiant leur Salat en faveur de leurs occupations. Ils abandonnent la Salat si celle-ci tombe au moment de leurs occupations ou bien ils combinent leurs Salats. Parfois, ils l’abandonnent entièrement et l’oublient : par contre, ils n’oublient pas leurs occupations mondaines.

Nous devons éviter pareils comportements.

Parfois encore, ils l’accomplissent à la va-vite comme s’il s’agissait d’une corvée à être terminée au plus vite. Or ceci n’est pas une expression d’amour à l’égard d’Allah, mais à l’égard de ce monde. Afin de respecter les exigences du serment d’allégeance, il faudra respecter celles ayant trait à l’adoration d’Allah.

Le Messie Promis (a.s.) nous explique que le culte d’Allah doit être paré de l’amour personnel de Dieu. Ceci est l’action essentielle. Il faudra rendre culte à Dieu en l’acceptant comme une obligation et non comme une corvée à accomplir au plus vite. L’obligation doit être parée de l’amour personnel : une fois teintée de cette couleur, tous les desseins mondains disparaissent. C’est là que l’on saisit la réalité de « préférer la foi à ce monde ». Lorsque les objectifs mondains disparaissent, Allah pourvoit à l’homme par des moyens qui dépassent son entendement, tout comme Il l’affirme dans le verset suivant :

وَمَنْ يَتَّقِ اللَّهَ يَجْعَلْ لَهُ مَخْرَجًا ۞ وَيَرْزُقْهُ مِنْ حَيْثُ لَا يَحْتَسِبُ

Et celui qui craint Allah – Il ménagera une issue pour lui, et Il pourvoira à ses besoins d’où il ne s’y attend pas.

Le Messie Promis (a.s.) explique : « Le principe du bonheur réside dans la Taqwa. Sans nul doute Allah ne laisse pas partir à la perdition Ses serviteurs et les empêche de tendre la main aux autres. Selon moi, la Main de la grâce et des bénédictions divines demeure sur les descendants d’un homme de Dieu et d’un vrai Mouttaqi pour sept générations, à moins qu’un des leurs ne commette de ses mains une action le privant de la grâce divine. »

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « L’homme doit brûler tous ses moyens et n’en garder qu’un seul : celui de l’amour divin. C’est par ce moyen uniquement que l’on pourra tout acquérir. […] Je l'affirme en toute vérité : Dieu appartient à celui qui Lui appartient. Transformez-vous au point d'être récipiendaires des traces des bénédictions et de la grâce de Dieu. Celui qui vit avec l’unique objectif de profiter des plaisirs et des délices de ce monde, n’a tiré aucun avantage de sa vie. Il n’a accordé aucune part à Dieu. Le but de sa vie n’est que de consommer de bons mets, de dormir à poings fermés, d’avoir femme et enfants, une belle maison et des chevaux, de beaux jardins ou des champs. Il n’est l’esclave que de son estomac. Celui-là n’est pas le serviteur d’Allah et ne Lui voue pas adoration. Voire il ne mérite pas le titre de serviteur de Dieu. Il se contente d’idolâtrer ses objectifs égoïstes. »

Son unique but est d’amasser des richesses, avoir une maison ou des voitures. Dans le passé l’on disposait de chevaux : d’où l’exemple cité [par le Messie Promis (a.s.)]. L’on peut offrir l’exemple de voitures haut de gamme aujourd’hui. Ainsi, ces choses matérielles ne sont pas l’unique objectif. Certes ce sont des faveurs divines octroyées par Allah et il faudra bien sûr en profiter. Mais elles ne doivent pas devenir l’unique objectif de notre vie. Pareilles gens sont les esclaves [de ces objets temporels] et leur vouent culte. Ces gens ne sont pas les serviteurs d’Allah et ne L’adorent pas. Ils rendent culte en fait à leurs désirs personnels.  Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Leurs objectifs, leurs désirs et leurs dieux sont leurs convoitises et leurs plaisirs charnels. Or l’adoration de Dieu est le but premier pour lequel Il a créé l’homme, tout comme Il l’affirme :

وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنْسَ إِلَّا لِيَعْبُدُون

C'est-à-dire, Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent.

L’adoration de Dieu est l’unique objectif fixé par Dieu pour l’homme et c’est à cette unique fin que tout l’univers a été créé. D’autres intentions ou d’autres désirs ne font pas partie [de cet objectif ultime]. »

Or en ce monde les comportements sont aux antipodes de ces principes. En lieu de cet objectif, les intentions sont tout à fait autres. Les hommes ont sombré dans le matérialisme et leurs désirs sont des plus étranges. En lieu du désir d’atteindre Dieu, la soif du matérialisme a pris de l’ampleur.

Ces conseils doivent nous interpeller : tentons d’atteindre l’objectif de notre vie et ne nous soucions pas de ce monde d’ici-bas. Ne dépensons pas toute notre énergie seulement pour ce monde. Usons de toutes nos aptitudes pour atteindre l’objectif réel de notre vie. Tout en résidant dans ces pays, tentons d’attirer les faveurs divines et respectons les exigences de Son culte. Que nos intentions et nos désirs ne soient pas aux antipodes [de ces principes] comme l’explique le Messie Promis (a.s.), mais que nous puissions [au contraire] reconnaître Celui qui nous a créés, que nous respections les exigences de notre existence et que nous puissions atteindre l’objectif pour lequel Dieu a suscité le Messie Promis (a.s.) à notre époque.

Le Messie Promis (a.s.) affirme : « J’ai été envoyé afin de renforcer la foi et de prouver aux hommes l’existence de Dieu, car la foi de toutes les nations est au plus faible. La vie de l’Au-delà n’est plus qu’un mythe ; et par leurs œuvres les hommes prouvent que leur certitude concernant ce monde, son faste et ses gloires ainsi que leur confiance en les moyens matériels, sont plus importantes que la certitude et la confiance qu’ils devraient avoir concernant Dieu et l’Au-delà. Les langues déclament de belles paroles, mais l’amour de ce monde a conquis les cœurs. »

On cite le nom d’Allah, mais on nourrit d'autres pensées dans le cœur. La prééminence [du matérialisme] se voit dans les actions.

Le Messie Promis (a.s.) ajoute : « Jésus avait trouvé les juifs dans cet état : leur foi était chancelante, leur état moral des plus désastreux et leur amour pour Dieu aussi froid que de la glace. Il en est de même à mon époque. J’ai été envoyé afin de relancer l’ère de la vérité et de la foi, afin d’inspirer de nouveau la Taqwa dans les cœurs. »

Il nous incombe aujourd'hui de respecter les exigences du serment d'allégeance prêté au Messie Promis (a.s.) : nous devons accroître notre amour pour Allah et ancrer fermement Son unicité dans nos cœurs ; pour l’amour d’Allah et de Son Prophète nous devons mettre à l’écart le monde et ses plaisirs. D’autre part nous devons augurer en nous des changements purs tout en tentant de rapprocher cette société de Dieu. Le monde rejette aujourd’hui l’existence de Dieu et tous les ans le nombre d’athées ne cesse de croître. Les gens abandonnent la religion : cette tendance existe au sein du christianisme, des autres religions et même chez certains musulmans. Face à ce rejet de Dieu, nous devons éprouver de l'amour pour Lui, tout en informant le monde de Son existence. C’est à ce prix que nous atteindrons le but de cette Jalsa et que nous respecterons les exigences du serment d’allégeance.

Notre tâche ne se limite pas à engendrer en nous-mêmes cet amour pour Dieu et Son Prophète. Notre mission est bien plus vaste : celle de susciter dans nos enfants et nos générations futures cet amour pour Dieu et Son Envoyé, ajouté au fait qu’il faudra que nous présentions au monde l’existence de Dieu. Ayant prêté allégeance au Messie Promis (a.s.) nous avons pour responsabilité de compléter sa mission et son objectif.

Qu’Allah nous en accorde la possibilité ! Que nous puissions profiter de ces jours de la Jalsa afin de rehausser la norme de nos ‘Ibâdât (actes d’adoration) et que nous y devenions constants. Que nous puisions grandir dans notre amour pour Allah et pour Son Prophète et que les plaisirs et les désirs de ce monde n’aient pas le dessus sur nous. Or sachez que tout cela est impossible sans la grâce d’Allah ; de ce fait, prions beaucoup afin que nous puissions attirer Ses faveurs. Il faudra être très vigilant à cet égard. Qu’Allah nous en accorde la possibilité.

(Le site www.khuddam.fr prend l’entière responsabilité de la publication du texte de ce sermon)© Tous droits réservés - 2016 - Site officiel de la Majlis Khouddam ul Ahmadiyya de France


Promesse d'un Khadim

اَشْھَدُ اَنْ لَّا اِلٰہَ اِلَّا اللّٰہُ
وَحْدَہٗ لَا شَرِیْکَ لَہٗ
 وَاَشْھَدُ اَنَّ مُحَمَّدً ا
  
ٗعَبْدُ ہٗ وَرَسُولُہ

Je jure solennellement que je serai toujours prêt à sacrifier ma vie, mes biens, mon temps et mon honneur pour la cause de ma foi, de mon pays et de ma communauté. De même je serai toujours prêt à offrir n'importe quel sacrifice pour maintenir l'institution du Califat. Et je considère essentiel de me soumettre à toutes décisions et ordres conformes aux préceptes Islamique que me donnerai le Calife regnant.