MKAF

Eid: la marque d’un retour meilleur à la normale

Le mot « Eid » (عيد) est en arabe pour « fête », « festin » ou « vacances ». En plus de son utilisation par les musulmans, il peut également être utilisé par les chrétiens et les juifs arabophones pour faire référence à leurs fêtes. Mais les fêtes islamiques l’Eid al-Fitr et l’Eid al-Adha sont les deux occasions auxquelles le mot est le plus couramment associé. 

 L’Eid al-Fitr (عید الفطر) signifie littéralement la « fête de la rupture du jeûne » et marque la fin du mois islamique du Ramadan, pendant lequel les musulmans doivent jeûner (ne rien manger, ne rien boire) de l’aube au crépuscule chaque jour.  

Le mot « Fitr » (فطر) est lié à « Iftar » (افطار) qui est le repas du soir que les musulmans mangent pour rompre leur jeûne chaque jour. L’Eid al-Fitr est donc comme le grand « Iftar » car il met fin au mois entier de jeûne.

L’Eid al-Adha (عید الاضحٰی), en revanche, signifie la « fête du sacrifice » et dans la tradition islamique, marque la commémoration de la volonté du prophète Ibrahim (as) de sacrifier son fils et la volonté de ce dernier de se conformer, par obéissance et soumission, aux instructions d’Allah le Tout-Puissant. Au dernier moment, Allah leur a informé tous les deux que c’était un test de foi et qu’ils devraient plutôt sacrifier un animal. Les musulmans marquent cette occasion en sacrifiant des animaux et en distribuant leur viande de manière charitable afin que même les plus pauvres puissent avoir une bonne source de protéines dans leur alimentation ce jour-là.

Le mot « Eid » vient du verbe arabe « عَیَّدَ » (‘ayyada) signifiant « rassembler » ou « assembler ». En grammaire arabe, ce verbe est la forme II de la forme de base « عَادَ » (aada) qui signifie « retourner » ou « revenir ». Cette racine est également à l’origine du mot arabe « عَادَة » (aadah) signifiant « habitude », « coutume » ou « loi ».

La philosophie derrière cela est qu’une habitude est quelque chose vers laquelle vous revenez ou retournez. Les habitudes peuvent se propager d’une personne à plusieurs jusqu’à ce qu’elles deviennent les coutumes d’un groupe ou d’une société. Les coutumes d’une société forment alors la base de ses lois. Parfois, de mauvaises habitudes, coutumes et lois deviennent prévalentes parmi un groupe de personnes. Lorsque cela se produit, Allah envoie un prophète pour les avertir et les réformer. S’ils émulent son exemple pieux, alors de bonnes habitudes se répandront d’une personne à plusieurs et formeront la base de nouvelles coutumes et lois vertueuses. Mais si les gens refusent de se réformer, alors Allah les punira. Par exemple, Allah le Tout-Puissant dit dans le Saint Coran :  

« Et si vous revenez, nous reviendrons«  (17:9)

Deux formes de la même racine « عَادَ » (« il est revenu ») apparaissent dans cette partie du verset. Mais que signifient réellement ces mots ? Ces mots sont adressés par Allah le Tout-Puissant à un groupe de personnes qui ont péché et ont été punies dans le passé. Allah les avertit maintenant à nouveau que s’ils retournent au péché, alors Il retournera également pour les punir. Mais parce qu’Allah est Miséricordieux, il est également vrai que si les gens reviennent à faire le bien, alors Il reviendra également pour les récompenser. Si les gens retournent à Allah, alors Allah reviendra également vers eux.  

 Après ce mois béni du Ramadan, nous devons nous demander si nous allons cultiver des bonnes habitudes et que si celle-ci ont été cultivés, faire le serment, de les faire faire partit intégrande dans nos habitudes de la vie courante. Elles nous permettront alors d’échapper à la prison du matérialisme et de revenir à Allah le Tout-Puissant, ou dans le cas contraire, retourner aux anciennes mauvaises habitudes qui nous séparent de Lui, et appeler Son Chatiment 

Envoyé par : Monib Ahmad

Majlis : Le Bourget (93)

Référence : alislam.org